Double standard

L’idée du double standard est intéressante à exploiter en photographie, en particulier en ce qui concerne la nudité. 

 

Pour certains, la nudité est une normalité, pour d’autres, c’est la manifestation du mal. Et, elle n’est pas perçue ou jugée de la même manière selon que l'on soit une femme ou un homme, ou qu’on appartienne à une culture différente. Il y a double standard. Une chose est certaine, ça ne laisse personne indifférent.

 

Difficile aussi de dissocier la nudité de la sexualité. Le corps nu est d’emblée érotisé, en particulier dans les sociétés où la religion a longtemps occupé, et occupe encore,  une place importante dans l'établissement des codes d’acceptation sociale. Impossible aussi d’échapper à la censure robotisée des réseaux sociaux. L’art ne fait pas parti des critères «objectifs» de l’acceptation ou du rejet des oeuvres proposées au visionnement des abonnés.

 

Ces images sont inspirées de ce phénomène humain. Elles explorent cette dualité, ce rapport de force entre le rejet ou l'acceptation. Des moitié-moitié.  Des doubles standards. Des visions différentes, opposées, complémentaires.

Modèles : @nothersab  et @christelleflow

Février / Mars 2022